Hypnothérapie

Ce qu’il faut savoir sur l’hypnose

Adapté par TheraVie du site de la Société Québecois d’hypnose (texte original rédigé par Effie Matalon, Ph.D., adapté par Isabelle Soucy Chartier, Ph.D.)

La nature de l’hypnose

L’hypnose clinique est un mode thérapeutique puissant qui est de plus en plus démontré scientifiquement comme étant efficace pour une variété de problématiques psychologiques et psychosomatiques (p.ex. le contrôle de la douleur, la prévention, l’entraînement et la modification des habitudes) (3, 8, 12). L’hypnose est un phénomène naturel. C’est une expérience d’absorption qui se manifeste spontanément chaque jour alors que nous sommes concentrés dans un travail, la lecture, la télévision, la rêverie, la conduite automobile ou autres activités favorisant l’absorption. Notre inconscient est très actif pendant le processus hypnotique et il nous aide à faire la synthèse personnelle des données qu’il possède. Il travaille à notre insu, à sa façon, intelligemment, nous permettant de réaliser un travail psychologique favorable à notre bien-être physique et mental (5).

Pendant l’hypnose, nous avons accès à la frontière entre la conscience et l’inconscient. Nous demeurons majoritairement conscient de ce qui se passe, tout comme si une partie de nous était observateur, alors qu’une autre partie de nous expérimente un lâcher-prise agréable lors duquel l’accès à son imaginaire et à son inconscient est grandement facilité. Intérieurement, il y a un travail important qui s’élabore. Vous demeurez donc toujours en contrôle de la situation et du degré de lâcher-prise. Le thérapeute vous suggérera que vous expérimenterez certains changements ou modifications sur le plan des sensations, des perceptions, de la cognition et des comportements moteurs (10). Il se peut également que vous retrouviez des souvenirs ou émotions du passé, réels ou fictifs, et des états d’âme refoulés pouvant approfondir la découverte de soi. L’hypnose favorise l’émergence de solutions aux problèmes psychologiques et mêmes physiques en renforçant et en rendant disponibles à la conscience vos ressources personnelles pouvant faciliter l’atteinte de vos objectifs de bien-être (4, 5, 7, 12).
Toute personne a la capacité à entrer en hypnose si elle le désire et si elle est motivée au changement, ainsi que si elle apprivoise la capacité et la confiance à se laisser aller. Le thérapeute est simplement un guide qui facilite votre entrée en hypnose, et qui, en fonction de vos demandes, propose des suggestions thérapeutiques qui vont dans le sens de vos objectifs de bien-être.
La transe hypnotique présente des caractéristiques particulières (4, 9, 13):

- absorption intense par le phénomène hypnotique;
- perte de l’orientation temporelle (temps peut paraitre plus long ou plus court);
- impression d’étrangeté rendant le phénomène hypnotique mystérieux;
- capacité accrue de réceptivité interne avec diminution des défenses
psychologiques;
- passivité importante avec inhibition des capacités d’expression verbale
(sauf si le sujet est invité à parler);
- grande relaxation avec atonie des membres;
- immobilité du corps et manque d’expression faciale;
- battement des paupières, larmoiement, salivation excessive entraînant
une déglutition lente.

Grâce à l’état hypnotique, on peut influencer les processus physiologiques, le système nerveux autonome et l’appareil psychique (3, 7, 8, 12). De même, on peut ralentir ou accélérer le rythme cardiaque, produire des changements au niveau vasomoteur, influencer le système immunitaire au point de réduire le temps de guérison d’une plaie ou encore modifier ou faire disparaître la perception de la douleur. On constate aussi des effets
positifs dans des domaines aussi variés que les émotions, la mémoire, les perceptions, les fonctions cognitives, les comportements et les attitudes. L’hypnose sert à explorer l’inconscient et peut favoriser la modification de certains symptômes.
L’hypnose est un outil puissant permettant de modifier les associations neuronales inconscientes afin de facilité les progrès dans le sens de la quête du bien-être. Vous profitez d’un état modifié de conscience en proportion directe avec vos désirs et votre confort à vous laisser aller. L’inconscient prend de cette expérience seulement ce qui lui est utile et nécessaire pour favoriser votre bien-être. Si vous avez toute autre question, préoccupation, ou attente, nous vous invitons à en discuter avec votre thérapeute avant l’expérience
1. Barber, T.X. (2000). A deeper understanding of hypnosis: its secrets, its nature, its essence. American Journal of Clinical Hypnosis, 42, 3/4, 208-273.
2. Bates, B.L. (1993). Individual differences in response to hypnosis in J.W. Rhue, S.J. Lynn and I. Kirsch (Eds). Handbook of Clinical Hypnosis (pp. 23-54), Washington: American Psychological Association.
3. Bourassa, M., Golan, H.P., Leclerc, C. (1999). L’hypnose en médecine, en médecine dentaire et en psychologie. Montréal: Méridien.
4. Fromm, E., Brown D.P., Hurt, S.W. Oberlander, J.Z., Boxer, A.M., Pfeifer, G. (1981) Thephenomena and caracteristics of self-hypnosis. The International Journal of Clinical and Experimental Hypnosis, 29, 3, 189-246.
5. Godin, J. (1992). La nouvelle hypnose: vocabulaire, principes et méthode. Paris: Albin Michel, S.A.
6. Halfon, Y. (1999). Hypnose maternelle et maternalité. L’en transe, 7, 3, 7-11.
7. Hammond, C. (1991). Hypnotic induction and suggestion: an introductory manual. Des Plaines, Ill.: The American Society of Clinical Hypnosis.
8. Hammond, C. (1990). Handbook of hypnotic suggestions and metaphors. New York: Norton.
9. Hoareau, J. (1992). Hypnose clinique. Paris: Masson.
10. Kirsch, I., Lynn, S.J., Rhue, J.W. (1993). Introduction to clinical hypnosis, in J.W. Rhue, S.J. Lynn and I. Kirsch (Eds.): Handbook of Clinical Hypnosis, (pp. 3-22). Washington: American Psychological Association.
11. Mac Hovec, F.J. (1986). Hypnosis complications: prevention and risk management. Springfield, Ill.: Thomas.
12. Rossi, E.L. (2000). In search of a deep psychobiology of hypnosis: visionary hypotheses for a new millenium. American Journal of Clinical Hypnosis, 42, 3/4, 178-207.
13. Roustang, F. (2000). Hypnose mystérieuse? L’en transe, 8, 1, 5-7.

Des facteurs de risque?

Les facteurs de risque deviennent minimes, voire inexistants, dans les mains d’un clinicien qui est formé à l’hypnose à la suite d’études universitaires lui permettant d’exercer une profession de psychologue et qui est membre de l’ordre professionnel de sa discipline (11).

    Tarif

  • Séance 100$